Abbé Boillot

 

 

 

 

 

Jean Octave BOILLOT   (1853 - 1940)

Chanoine honoraire
Curé de Liesle de 1892 à 1937
Historien, généalogiste
Ecrivain

 


 

          Né le 6 mai 1853 à Glamondans (Doubs) le chanoine BOILLOT fut vicaire de Quingey en 1877, puis curé de By. Curé de notre paroisse pendant 45 ans, de 1892 à 1937, il mourut à Quingey,  le 3 avril 1940, à l'hospice DORNIER.

          Il s’est rendu célèbre, par ses recherches historiques et généalogiques. Il a fourni en particulier à l’abbé LÉTONDAL, curé d’Arc-et-Senans, de nombreux documents, fruits de ses recherches.

          "A vous d’abord, Monsieur le Chanoine et Curé de Liesle, mon cher confrère et voisin, combien de fois j'ai puisé dans les découvertes faites par vous dans les Archives de la région; combien de fois, en cheminant entre Arc-et-Senans et Liesle, avons-nous évoqué les personnages anciens et les évènements de notre contrée..." écrivait-il  dans la préface de son livre Arc-et-Senans à travers les âges (édition 1927, réédition 1997 épuisé à ce jour).                 

          Homme érudit mais aussi grand ami de la nature, cultivant sa vigne à Lavenard et greffant au hasard de ses promenades de nombreux arbres fruitiers et essences rares peuplant le bois du curé. (Pas moins de 80 espèces ont été répertoriées, en 1996). Acquis par la commune, après le décès de l'abbé, il est devenu arboretum et lieu de promenade.

          Le trait le plus marquant  du chanoine était bien l’amour des gens, le souci porté à tous :

          "Combien de misères du corps et de l’âme vous avez soulagées…pendant la guerre, les soldats éprouvaient le besoin de vous écrire et vous étiez le consolateur de leurs familles inquiètes ou en deuil… Vous avez assisté avec zèle plusieurs centaines de malades et de mourants…" paroles de M. le maire, COULET, lors des 50 années de sacerdoce de l’abbé et de sa nomination de Chanoine Honoraire (20 septembre 1927).


 

 

 

(suite)

Lors de ses obsèques, M. le maire, Germain LEGRAND, au nom du conseil municipal et de toute la population déclarait:

          "Pour retracer votre carrière magnifique de prêtre modèle, aimé et vénéré, il me suffira de dire que nous avons conscience d’avoir été les bénéficiaires les plus privilégiés de cette belle carrière qui vient de s’achever... Nous sommes tous ici, autour de ce cercueil, comme des enfants qui ont perdu  leur père et se raccrochent encore à lui jusqu'à la dernière minute…

          Notre ancien curé nous a donné 45 années de sollicitude, de bons exemples, de bons conseils. C’est lui qui nous a baptisés, instruits, qui a béni la tombe de nos parents. Il s’est mis à notre disposition pour nous rendre les services les plus variés organisant les familles, plaçant les jeunes gens, rappelant à l’ordre ceux qui s’égaraient et nous faisant relire sans cesse les vieilles histoires de nos ancêtres…

          Pour être plus souvent avec nous, il voulut une vigne, un parc savamment organisé. Il nous donnait l’exemple du travail et de l’économie...

          Nous avons trouvé en lui, sous une écorce rude, une bonté, une tendresse qui nous touchent, en ce moment où nous y pensons mieux.

          Aussi, notre souvenir filial, mêlé d’admiration et de reconnaissance, vous restera t-il fidèle."

                                                       (bulletin paroissial - juin 1940)

          En signe de gratitude, son successeur, l’abbé BERNOUX procéda au transfert de son corps du cimetière à l’église paroissiale.

          L’équipe municipale actuelle, en reconnaissance a décidé qu'une rue porterait son nom ; Rue conduisant à l'arboretum, héritage du chanoine BOILLOT.


Extrait du bulletin municipal "ad perpetuam memoriam" de janvier 2007.

Bibliographie

 Les bulletins paroissiaux d’Arc-et-Senans et Liesle,

1917 : Emigrants savoyards signalés dans les registres paroissiaux de Quingey - La revue savoisienne,
1921 : L’ancien Quingey, place de guerre - Imprimerie catholique de l’Est à Besançon,
1923 : Le prieuré Saint Renobert,
1935 : Les savoyard du Sauget, Doubs - La revue savoisienne du 3e trimestre,
        : Sur le fronton de quelques portes de Comté - Le Pays Comtois 1935-1936,
?      : Les Dominicains de Quingey,

         Sous réserve :

1920 : Un texte sur l’impératrice du Maroc, Virginie LANTERNIER, née à Chatelay dans le Jura, comtoise d’origine savoyarde - La société florimontane d’Annecy.

 

Date de dernière mise à jour : 22/10/2011